Archives de catégorie : Immobilier de montagne et Lits froids

Très répandue en Haute-Savoie, la multipropriété va-t-elle disparaître ?

Un épuisement du système. Le temps a passé, et les vacanciers d’hier ont vieilli. Pour nombre d’entre eux, la multipropriété est devenue un poids : ils se retrouvent à payer les charges d’une résidence où ils ne mettent plus les pieds, et où leurs enfants ne viendront pas en vacances, préférant payer le même prix pour acheter des séjours dégriffés sur internet. Un épuisement du système dont ont su tirer profit certaines sociétés immobilières, qui rachètent depuis quelques années les parts des multipropriétaires qui souhaitaient s’en débarrasser. À Megève, la société Sofilot est engagée dans ce processus, avec un but qu’elle n’a jamais caché aux associés : devenir propriétaire des deux tiers des parts de la SC Rochebrune, pour ensuite dissoudre cette société et revendre les appartements en pleine propriété.

Lire l’article complet sur www.ledauphine.com

Résidences de tourisme, soyez vigilants !

Les résidences de tourisme ont fleuri un peu partout en France. À la campagne, à la montagne, dans les Alpes et dans les Pyrénées, à la mer. Le modèle imaginé à l’origine par Pierre & Vacances a fait des émules. Et les systèmes de défiscalisation successifs ont permis aux investisseurs d’acheter tout en réduisant leur impôt (TVA ou impôt sur le revenu) et en touchant des loyers prévus à l’avance. Beaucoup d’investisseurs se félicitent de ce système et de leur investissement. Mais ces dernières années, d’autres ont laissé des plumes dans l’aventure des résidences de tourisme et se sont retrouvés devant les tribunaux face à des sociétés défaillantes. À l’origine des problèmes, le fait que souvent les loyersqui avaient été garantis aux investisseurs étaient trop élevés. Le ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme annonce que la DGCCRF a prévu de lancer cette année une enquête sur l’investissement immobilier défiscalisé.

Lire l’article complet sur www.lefigaro.fr

Aurélien de PIERREFEU‘s insight:

Le principe de réalité du rendement de l’immobilier locatif à l’épreuve des promesses de la défiscalisation

 

La CDA se lance dans l’immobilier à Serre Chevalier

Serre Chevalier Immobilier (SCI) a été créée fin 2012 par la Compagnie des Alpes, l’exploitant du domaine skiable. Les explications sur cette diversification de Patrick Arnaud, directeur adjoint du domaine skiable et responsable de SCI. Notre ambition est de travailler avec toutes les agences de la vallée pour renforcer une dynamique autour de la marque Serre Chevalier, dont tous les acteurs de la station puissent profiter. Ce qui nous intéresse, ce sont des skieurs en plus sur le domaine. (…) La Caisse des Dépôts, qui est l’actionnaire principal de la Compagnie des Alpes, est prête à mettre de gros capitaux dans l’acquisition de biens et dans leur rénovation. Dans cette perspective, il faudra sur place, comme cela s’est fait à Bourg-Saint-Maurice, une agence pour gérer et commercialiser ces appartements. Si cela se fait, nous serons en ordre de bataille. Il reste aux collectivités locales à se positionner sur le sujet. J’espère que cela va aboutir.

Lire l’article complet sur www.ledauphine.com

Acheter un appartement à la montagne

Le marché immobilier tourne au ralenti avec des prix stables. Les transactions ont diminué de 30% dans les stations savoyardes. Seuls les biens d’exception et de très haute qualité continuent de se vendre assez rapidement», indique la Fnaim. Le réseau estime le prix médian au mètre carré dans l’ancien à 5500€ à Avoriaz, alors qu’il atteint 7400€ à Megève, autour de 4 000€ à La Plagne, La Rosière, Tignes, Valmorel ou Champagny. Et 8000€ à Courchevel, Méribel Village ou Val-d’Isère. Pour ne pas se tromper en achetant à la montagne, il faut bien sûr veiller à la qualité de l’emplacement, mais aussi au poids des charges ainsi qu’à la solidité de l’exploitant si on investit dans une résidence de tourisme.

Lire l’article complet sur www.lefigaro.fr

Suisse: Une taxe d’incitation pour lutter contre les lits froids en station

Les appartements inoccupés dans les régions touristiques posent problème et génèrent d’importants frais d’infrastructures publiques. Pour lutter contre les lits froids, certaines stations de montagne tablent désormais sur des taxes incitant à la location, une mesure qui est loin de faire l’unanimité. L’assemblée communale de Silvaplana a approuvé en février 2010 la taxe d’incitation sur les résidences secondaires, confirmée ensuite par le Conseil d’Etat grison. La décision a en revanche été contestée et c’est maintenant au Tribunal fédéral (TF) de trancher. A l’instar du canton des Grisons, le Valais lutte également contre les lits froids. La nouvelle loi sur le tourisme, qui devait aider à résoudre ce problème via une taxe, a en revanche été refusée très nettement en votation populaire en novembre 2009. Quelques communes comme Val-d’Illiez, Zermatt ou Bürchen ont donc décidé d’introduire des taxes incitatives. Ainsi, à moins d’occuper leur logement ou de le louer pendant 70 jours, les propriétaires d’une résidence secondaire située aux Crosets, à Champoussin ou dans un autre secteur touristique de Val-d’Illiez doivent payer une taxe communale.

Lire l’article complet sur www.romandie.com

Aurélien de PIERREFEU‘s insight:

Une mesure pour le moins radicale et rentable mais qui ne résoud pas (en tous les cas pas à court terme) le problème de fond d’inadaptation de l’offre.

 

30 M€ de chiffre d’affaires en 2012 pour CGH

C’est par la présentation de sa dernière résidence 4* située à Châtel, les Chalets d’Angèle, que MGM Constructeur entame 2013, année qui marquera les 50 ans du groupe familial de promotion immobilière.

Ce dernier compte à ce jour 23 résidences (soit 1500 appartements) et 2 hôtels exploités sous la marque CGH qui a généré 30 M€ de chiffre d’affaires en 2012. Un résultat en progression de 9% sur un an à mettre sur le compte de l’agrandissement du parc, de l’amélioration du taux d’occupation (de 80 à 95% en hiver et 75% à 80% en été selon les sites) et des ventes en direct. Outre Châtel qui comptera 82 appartements cet été (et 150 à terme), le groupe a récemment inauguré une résidence de 67 appartements à Flaines et 37 appartements à La Rosière. Les prochaines ouvertures sont prévues pour les vacances de Noël avec le Kalinda Village à Tignes et Le Napoléon à Montgenèvre.

Lire l’article complet news.google.com

Immobilier : coup de froid sur la vallée de la Tarentaise

A l’exception des biens de grand standing, l’immobilier des stations de la vallée connaît un léger recul. En cause: une offre inadaptée aux attentes d’une clientèle exigeante. Coup de froid sur les cimes de Courchevel, La Plagne et Courchevel 1850 où les prix décrochent respectivement de – 7,5 %, – 6,5 % et – 4,9 %. Si les biens haut de gamme et de luxe ne connaissent pas la crise dans les stations huppées comme Méribel et Courchevel, le parc standard ne correspond plus tout à fait à la demande. Les biens les plus répandus, les studios et les deux-pièces, ne suffisent plus aux acquéreurs. Exit les vieilles « cabines » des années 70-80 : « Les clients veulent de véritables appartements à la montagne comme à la ville », explique Jean-François Barralier, notaire à Annemasse.

Lire l’article complet sur lexpansion.lexpress.fr

Les chalets suisses toujours prisés des acheteurs étrangers

La nouvelle loi sur les résidences secondaires, qui en limite le nombre par commune, n’affecte pour l’instant pas trop les affaires des promoteurs immobiliers. Pour en savoir plus, swissinfo.ch s’est rendu à Grimentz, la station au taux de 81% de maisons de vacances.

Lire l’article complet sur www.swissinfo.ch

La Compagnie des Alpes s’attaque au problème des lits froids

La CDA a annoncé un dispositif global pour les stations de montagne, visant à lutter contre le phénomène des « lits froids » à savoir ses appartements non ou peu occupés. Concrètement, il est prévu de créer, début 2013, une société foncière visant à acquérir des appartements vieillissants, à les rénover, puis à les louer, et à les revendre à terme. La première tranche de cet ambitieux programme sera lancée dès 2013 et devrait s’étaler sur trois ans. Elle porte sur 500 appartements, situés dans les stations des Deux Alpes, Les Arcs, les Menuires, La Plagne, et Serre Chevalier, et représente un volume d’investissements de 50 à 70 millions d’euros. A l’avenir, ce programme pourrait être étendu à 1.000 appartements, sachant qu’il a vocation à s’élargir à d’autres stations. Pour la commercialisation, la CDA compte s’appuyer sur ses agences immobilières, mais aussi sur ses deux tour-opérateurs « maison », Paradiski Tour et Deux Alpes Voyages.

See on www.lesechos.fr